Négociation avancée : baisser le prix de vente en 3 étapes

Négociation avancée : baisser le prix de vente en 3 étapes

Vous avez trouvé un bien qui correspond à vos critères de recherche ?

Félicitations !

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez maintenant que la bonne affaire se fait toujours à l’achat.

Prochaine étape : faire une proposition d’achat au vendeur et par la même occasion faire baisser son prix de vente.

Mais comment négocier surtout lorsque l'on est timide ?

Dans cet article je partage avec vous un redoutable plan de négociation qui a fait ses preuves.

En guise d’introduction

Pour faire baisser le prix de vente demandé par le vendeur vous allez devoir entrer dans le jeu de la négociation.

Avant de découvrir le plan en 3 étapes, prenez le temps de comprendre ceci :

Le vendeur a besoin de vous pour vendre son appartement. La raison de cette vente lui appartient mais généralement elle sert à récupérer du cash pour investir de nouveau et réaliser un projet qui lui tient à cœur.

De votre côté, mettez vous dans un état d'esprit de gagnant :

  1. Ne soyez pas gêné de négocier, vous êtes ici pour faire une bonne affaire
  2. N’ayez pas peur de vexer le vendeur (il a déjà acheté de son côté et connaît le jeux)
  3. Quelques minutes de négociation peuvent vous faire économiser des milliers d’euros

Motivé ?

Découvrons ensemble les 3 étapes à suivre pour faire baisser le prix.

Etape 1 pour faire baisser le prix : évaluez la situation du vendeur

Pour acheter un appartement il faut déjà s’assurer que le vendeur soit motivé.

situation du vendeur

Cette remarque peut paraitre évidente, pourtant j’insiste bien sur ce point.

Rien de pire qu’un mec arrogant et qui vous fait perdre votre temps.

Au début de mes visites j'ai rencontré un propriétaire pas du tout motivé.

Un cas d’école !

Nonchalant à souhait, à aucun moment il n'a essayé de mettre en avant son bien.
J’étais un peu dérouté par son attitude et la négociation était très mal engagée et finalement j'ai perdu mon temps, la vente n'a pas eu lieu.

Ne faîtes pas comme moi, ne persistez pas.

Si vous sentez un truc louche chez le vendeur, passez votre chemin.

Ça vous évitera bien des emmerdes surtout si la vente se concrétise.

En revanche, dans la majorité des cas, si un propriétaire vend son appartement il a forcément une bonne raison.

Voici les principales motivations qui peuvent pousser un propriétaire à vendre son appartement, notamment locatif :

  • Il a besoin du cash pour investir ailleurs
  • Sa situation évolue : mutation professionnelle, mariage, divorce, enfants...
  • Les avantages fiscaux dont il bénéficiait sont terminés
  • Le crédit quasiment remboursé il souhaite encaisser sa plus-value

Peu importe la raison qui l’anime du moment qu’il est motivé à vendre.

C’est le plus important pour vous !

Une des raisons les plus avantageuses pour vous serait qu'il soit pressé de vendre.

Voici quelques indices qui peuvent mettre la puce à l’oreille :

  • L'appartement est vide et vendu libre (sans locataire)
  • L’annonce sur Internet est en ligne depuis plusieurs mois
  • Les propriétaires habitent loin du bien et du mal à se libérer
  • Le prix du bien a baissé

Dans un autre article je vous révèle une astuce pour hacker l’historique d’une annonce et récupérer la date de mise en ligne et l’évolution du prix.

Un vendeur pressé est un vendeur ultra-motivé !

Etape 2 pour faire baisser le prix : devenez l’acheteur idéal

J'ai récemment découvert une statistique effarante : 50% des compromis signés n’aboutissent pas.

50% c'est énorme !

J’ai demandé à mon notaire la raison de ce chiffre si élevé.

Celui-ci m'a confié que la raison principale est que les acheteurs n’obtiennent pas leur prêt à la banque.

Effectivement lors du compromis de vente, le notaire (ou l'agence) inscrit que l’achat aura lieu sous conditions d’obtention du prêt. Cette condition est là pour vous protéger.

Si la banque refuse de vous prêter, le compromis est caduc et vous êtes désengagé de la vente.

Cette condition qui a pour but de protéger les acheteurs représente la pire situation pour les vendeurs.

En effet entre la date de signature de l’offre d’achat, le rendez-vous chez le notaire pour signer le compromis et enfin une réponse de la banque concernant l’obtention du prêt, il peut s’écouler de nombreux mois.

Et pendant ce temps-là le vendeur est bloqué :

  1. Il ne peut annuler la vente
  2. Il ne peut pas vendre son appartement à quelqu’un d’autre
  3. Et continue de payer les frais relatifs au bien (charges de copropriété, taxe foncière…)

Et si finalement la vente n’a pas lieu il a perdu beaucoup de temps et beaucoup d’argent !

Voilà la hantise du vendeur.

Et c’est cette peur sur laquelle vous allez jouer.

Vous allez lui expliquer que tout est prêt de votre côté et que vous êtes bien organisé :

  1. Votre conseiller bancaire vous a donné un accord de principe
  2. Votre notaire est déjà informé de votre démarche et se tient prêt pour convenir d’un rendez-vous pour la signature du compromis
  3. Votre dossier pour l’assurance de prêt est complet

Si vous êtes déjà propriétaire d’un appartement en location ou de votre résidence principale, vous pouvez préciser que votre banquier vous a déjà financé dans le passé et que votre notaire vous connaît bien.

C’est une méthode simple pour vous positionner en tant qu’expert.

Vous devez vous positionner comme un acheteur idéal.

Etape 3 pour faire baisser le prix : faîtes une offre indécente

On entre en plein dans la phase de négociation qui va vous permettre de faire baisser le prix de l’appartement.

A cette étape il va falloir vous accrocher et mettre de côté votre timidité !

Pourquoi ?

Vous allez entrer dans le rôle du négociateur fou :)

comment baisser le prix

Je vais vous apprendre à négocier d’une manière un peu folle :
non pas en faisant baisser le prix mais en le montant.

Comment ça ?

Je croyais qu’on était là pour payer l’appartement le moins cher possible et réaliser une bonne affaire.

Rassurez-vous c’est toujours le cas.

Nous n’allons pas jouer sur le prix d’achat mais sur le prix de départ.

Sur l’annonce le vendeur a indiqué un prix. C’est le prix de départ.
Le vendeur s’attend à une négociation alors il a choisi un prix de départ élevé pour se couvrir. On l’aurait tous fait à sa place !

En surestimant son bien, ça lui laisse une marge de manœuvre confortable pour baisser un peu son prix.

Première étape, vous devez donc modifier ce prix de départ !

Comment ?

En formulant une offre très basse dont l’objectif est d’être refusée par le vendeur.

Oui vous m’avez bien lu !

Le vendeur doit la refuser parce qu’il l’a juge trop basse.

En proposant une première offre très basse, vous allez inverser les rôles en poussant le propriétaire à négocier avec vous.

S’il souhaite vraiment vendre son appartement, il vous fera une contre-proposition.

De cette manière le prix de départ n’est plus celui de l’annonce mais le vôtre (qui est bien plus bas).

Le prix affiché sur l’annonce est passé aux oubliettes.

Vous voyez où je veux en venir ?

De cette manière vous allez augmenter petit à petit le nouveau prix de départ jusqu’à tomber d’accord avec le vendeur.

Je ne vous cache pas qu’un scénario comme celui-ci est stressant pour tout le monde : le vendeur et vous-même.
D’où l’idée de vous préparer mentalement avant de vous lancer.

Mais comme toute prise de risque, le résultat peut dépasser vos attentes !

Voici le plan que j’ai déroulé pour l’achat de mon premier appartement.

Le bien que je loue aujourd’hui était affiché au prix de 85 000 euros sur Le Bon Coin.

Ma première offre d’achat s’élevait à 75 000 euros soit 10 000 euros de moins.

Deux situations allaient s’offrir à moi :
1. Le vendeur accepte mon offre de 75 000 2. Celui-ci refuse mais me propose une contre-proposition
C’est le cas numéro deux qui s’est produit, celui-ci m’a immédiatement répondu avec une contre-proposition de 80 000 euros.
J’avais déjà gagné 5000 €. Pas mal.

Mais comme je suis joueur, je suis allé encore plus loin.

Pendant 3 jours silence radio.

Le propriétaire a tenté de me joindre sur mon téléphone portable sans réponse de ma part.

Mon objectif était de semer le doute dans la tête du vendeur !

Puis je suis revenu avec une offre ferme de 77 000 euros en insistant de nouveau sur les éléments que je vous révèle à l’étape 2.

J’ai senti au téléphone que la pilule ne passait pas bien...

Et à ma grande surprise, le lendemain ma proposition a été acceptée par le vendeur :)

A votre tour !

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour négocier comme un pro !

N’oubliez pas que la majorité des acheteurs n’osent pas négocier et ont peur de la réaction du vendeur.

Ne suivez pas le mouvement !

Le plan que je viens de vous partager m’a permis d’économiser 8000 euros en quelques jours.

En y réfléchissant bien, combien de jours de travail vous faudrait-il pour gagner cette somme ?

Relire plus tard ? Recevez gratuitement cet article par email :

je déteste les spams comme vous :
votre email ne sera ni cédé ni revendu.

Sur le même sujet

Prêt immobilier : convaincre son banquier en 3 étapes

Prêt immobilier : convaincre son banquier en 3 étapes

Cashflow négatif : 90% des investisseurs font cette erreur

Cashflow négatif : 90% des investisseurs font cette erreur